6 erreurs à éviter quand on rénove sa maison

Un projet de rénovation est-il un parcours semé d’embûches ? Quand on ne maîtrise pas le sujet, que c’est notre premier projet d’ampleur, on peut se le demander. Il faut penser à tout, anticiper le budget, le planning, l’aménagement, la décoration… Bref, la to do list est importante…Heureusement, je suis moi-même déjà passée par là et je vous parle ici de quelques erreurs à éviter…

Mal estimer l’étendue des travaux

L’estimation des travaux reste l’étape la plus cruciale de tout démarrage de projet de rénovation. Tant sur le plan financier que dans l’organisation des travaux, si l’estimation est mauvaise, vous aurez beaucoup de mal à rattraper le coup par la suite. Vous manquerez de budget pour finir, ou alors vous devrez prioriser et laisser des postes de dépenses en suspens, ce qui n’est pas terrible une fois qu’on a déménagé. Et bien sûr, cela impacte l’organisation du chantier, le lien entre les différentes étapes et leur enchaînement. Il est donc extrêmement important de faire un état des lieux précis de votre bien au démarrage, sans essayer de reporter ou d’ignorer des dépenses. Inutile de se voiler la face, de toute façon, ça vous rattrapera ! Et, croyez-moi, j’en ai fait l’expérience : pour notre toiture, quand on a demandé aux artisans qu’on a consulté s’il était nécessaire de la refaire à neuf, certains nous ont dit oui, d’autres non… Comme on s’était mis en tête un budget à ne pas dépasser, on a choisi d’écouter ceux qui nous disaient qu’elle pouvait tenir encore quelques années bien qu’elle paraissait mal en point. Et bien, 3 ans plus tard, des tuiles envolées et des trous dans la toiture, on se rend compte qu’on a eu tort et on est en train de la faire refaire. Et refaire la toiture quand le chantier est terminé, c’est bien plus compliqué ! On aurait vraiment dû accepter d’augmenter notre budget pour emprunter plus dès le départ et ça nous aurait évité bien des désagréments…

Ne pas faire de plan

Quand on commence à réfléchir à l’agencement de sa maison, la première des choses à faire est de réaliser un plan de l’existant ou de vérifier l’exactitude de celui dont on dispose. Notre maison doit être à la fois confortable et fonctionnelle, avant d’avoir du style. Elle doit être adaptée à nos besoins en fonction de la taille de la famille et des occupations de chacun… Faire un plan pour se projeter dans les aménagements futurs vous permettra de commencer à appréhender les fonctionnalités et les volumes de chaque pièce, les circulations… Cette étape est essentielle surtout si vous voulez changer l’organisation des espaces ou si vous avez un espace vide à aménager, comme un plateau ou un grenier. Il vous faudra alors essayer plusieurs agencements sur la base du plan de l’existant, supprimer des cloisons, en remonter d’autres, bouger l’escalier, intervertir cuisine et salle de bain, et j’en passe… L’appréhension des volumes est ce qu’il y a de plus difficile quand on n’est pas exercé et qu’on ne maîtrise pas les volumes standards idéaux mais le plan permet de faire un premier pas pour matérialiser tout ça. Et le plan reste aussi votre meilleur outil pour communiquer avec les artisans et s’assurer qu’ils feront le travail exactement comme vous le souhaitez et surtout où vous le souhaitez.

Choisir des matériaux et utiliser des outils bas de gamme

Si vous aimez le travail bien fait, ne lésinez pas sur la qualité des matériaux que vous choisissez, ni sur les outils que vous utilisez. Votre maison, c’est votre quotidien, si vous regrettez un choix de matériaux, c’est tous les jours que vous y serez confronté. Je sais bien que parfois les contraintes techniques et budgétaires nous empêchent d’avoir ce que l’on souhaite, cependant, je vous conseille de toujours privilégier les matières nobles qui feront toute la différence esthétiquement et qui dureront dans le temps : bois, béton, métal, marbre, pierre, ciment… De nos jours, on trouve de belles imitations (PVC, stratifié, mélaminé) mais vous ne serez sans doute pas aussi satisfait qu’avec une belle matière naturelle. Et toutes issues de matière plastique, c’est votre conscience écologique et votre santé qui vous diront merci. Quelques astuces pour faire baisser le coût de ces beaux matériaux : le réemploi, le seconde main (le bon coin, merci bien sûr!) mais aussi les chutes chez les professionnels (je pense aux marbriers) et aussi la matière grise, parce que parfois, il faut avoir de la ressource pour voir les choses autrement. Pour ce qui est des outils, vous vous rendrez vite compte que ce que vous économisez en achetant le premier prix, vous coûtera cher en temps et en énervement. Et comme disait mon beau-père si souvent sur le chantier : “le pingre achète toujours deux fois”… et c’est tellement vrai en matière de bricolage ! Alors mieux vaut investir pour revendre après éventuellement, ou alors louer du bon matériel. ça vous fera gagner un peu d’énergie et on en a bien besoin sur un chantier !

Faire soi-même les travaux de structure

Quand on s’engage dans un projet de rénovation, on se pose tous à un moment donné la question de savoir si on fait les travaux nous-même ou si on délègue à un artisan professionnel. A la fois pour des questions de budget, de temps, d’envie, de compétences… Et c’est là où il faut être bien au clair avec soi-même, sur ses propres capacités et celles de l’entourage qu’on souhaite solliciter (parce qu’au final, ce n’est pas leur maison, on ne peut pas leur demander d’être disponible tous les week-ends pendant toute une année 🙂 Mais il y a aussi une question de responsabilité à prendre en considération, au moins du point de vue des assurances. Même si vous en avez la motivation, certains travaux doivent être exécutés par des professionnels pour vous garantir un dédommagement en cas d’accident avec dommage, qu’il soit matériel ou corporel. Ainsi, tout ce qui va toucher à la structure nécessite d’être pris en charge parce que vous pourriez mettre en péril la solidité de votre bâti. Quand je parle de la structure, je pense notamment à une “ouverture dans un mur porteur”. Un professionnel compétent fera appel à un bureau d’étude qui lui-même fera une feuille de calcul pour vérifier que votre modification de structure est possible. En cas de problème par la suite, vous pourrez ainsi vous-même ou la personne à qui vous aurez vendu faire fonctionner la garantie décennale de ces entreprises.

Choisir un artisan pour son devis à prix bas

Comme pour les matériaux, si vous choisissez l’artisan qui vous propose le prix le plus bas, vérifiez bien le contenu de sa prestation. Je ne dis pas qu’il fera obligatoirement un travail de mauvaise qualité, heureusement il y a beaucoup d’artisans consciencieux. Mais il faut bien être au clair sur le contenu du devis qu’il vous propose pour s’éviter les mauvaises surprises. Quand vous faites appel à plusieurs entrepreneurs, assurez vous que les devis sont comparables et qu’ils contiennent tous la même prestation. Souvent un devis à prix bas sera compensé par des prestations complémentaires assez chères dès qu’il y a une demande non prévue initialement. En dehors du prix proposé au devis, la délégation de travaux à un artisan est surtout une question de confiance. Avoir un artisan en or sur son chantier, c’est s’assurer des nuits paisibles et beaucoup de stress en moins. C’est pourquoi il faut surtout écouter son intuition quand on rencontre un artisan, le faire au feeling (ce qui n’exclut pas de se renseigner sur son travail par ailleurs). Ne vous forcez pas à prendre un artisan que vous ne sentez pas vraiment parce qu’il propose le devis le moins cher. Et n’oubliez pas de lui demander une attestation d’assurance pour sa garantie décennale avant qu’il commence les travaux 🙂

Ne pas prévoir d’imprévus dans son budget

S’il y a bien une chose que j’ai apprise avec les maisons que j’ai rénové, c’est qu’une rénovation ne se déroule jamais vraiment comme prévu. Dans notre dernière maison, on en a eu quelques uns : comme je le disais plus haut, la toiture qui finalement est en plus mauvais état qu’on ne l’envisage, des insectes xylophages dans la charpente, un mur en pierre qui s’affaisse et tient par le tronc d’arbre qui lui est adossé,… Ces imprévus peuvent ainsi être des mauvaises surprises, des faits qui s’imposent à vous que vous n’aurez pas anticipés au moment de l’état des lieux, mais ils peuvent aussi être liés à un changement d’avis en cours de route. Ce n’est jamais un bon moment quand on s’en rend compte et qu’on doit prendre la décision qui permettra de remédier au problème, car souvent, ça va amputer encore un peu plus votre budget. Mais assurez-vous un peu de sérénité et de flexibilité en prévoyant un budget pour les imprévus dès le départ. L’expérience démontre qu’il est préférable de prévoir 10% du budget total mais c’est à vous de juger en fonction de vos moyens et de votre projet si vous préférez mettre de côté plutôt 7 ou 15%.

Laisser un commentaire

Vous aimerez peut-être